Filtre enceinte

Pour parler des modèles d'enceintes apparues avant le SCS
Caravelle, Clipper, Colonne 100, 116, 135, Cotre, Doris, Galion, Galiote, Sampan, Les Actives, Autres

Re: Filtre enceinte

Message par madorre » 24 Jan 2019, 14:16

Electromuse, je te remercie pour cette réponse fort bien détaillée et argumentée et en plus tu as pris le temps de bien nous expliquer les choses. je manque de temps, mais je te réponds dans 2/3 jours.
Avatar de l’utilisateur
madorre
 
Message(s) : 597
Inscription : 05 Juin 2018, 05:05

Re: Filtre enceinte

Message par diapason » 16 Mars 2019, 20:09

moi je pense qu'il ne faut pas hésiter à remplacer des capa de filtre de plus de 40ans avec des capa de valeur identique bien entendu mais de bien meilleur qualité que celle de l'époque surtout pour celles en série avec les ligne HP (medium et tweeter) ...
diapason
 
Message(s) : 8
Inscription : 02 Août 2018, 09:15

Re: Filtre enceinte

Message par Electromuse » 15 Nov 2019, 17:23

Bonjour à tous,
De retour pour de nouvelles aventures ! :P
Ca y est, j’ai démonté une de mes Cabasse pour jeter un œil à l’intérieur. Les choses commencent lorsqu’on dévisse les HP. Vis CHC de belle longueur traversant le baffle pour se visser dans un écrou emboité dans le panneau. C’est sérieux. L’intérieur est doublé/rembourré d’un épais tapis de feutre reconstitué. Il n’est pas collé et tiens en place par lui-même sans être ajusté aux parois de l’enceinte notamment sur le panneau du fond ou le filtre vissé sur deux tasseaux lui fait faire des montagnes russes. J’ai ouvert des enceintes ou le feutre était collé à la paroi, parfois avec un absorbant dense genre bitume/goudron. Une fois les hp sortie, j’ai l’impression que la boite n’est pas aussi massive que son aspect extérieur donne par la superposition sur la façade de plusieurs plaques censées aligner et mettre en phase les HP dans un plan. J’aurais même l’impression qu’elle sonne en tapotant dessus, je l’aurais préféré plus « mat ». Quid de l’importance sur le son ? Le tweeter et le medium sont à mêmes le baffle sans avoir de doublage particulier à l’intérieur et sans feutre sur le baffle. Seule leur boite en plastique les isole de la pression du boomer et des vibrations. Les découpes faites au niveau des hp et du bornier montrent l’épaisseur des planches et les petits espaces d’air entre les copeaux pressés laissent penser qu’on n’a pas à faire à des panneaux haute densité. Il y a un tasseau qui vient en appui derrière le tweeter d’un côté et sur le panneau de fond de l’autre côté. Ce tasseau derrière le tweeter m’interroge ? Par contre il n’y en a pas derrière le médium ni entre le medium et le boomer alors qu’on est au centre de la boite, là où la découpe de son grand diamètre fragilise la rigidité.

Le filtre est fixé par quatre vis sur deux tasseaux du fond. Est-ce qu’ils sont là pour rigidifier la boite ou pour tenir le filtre ? L’ensemble est visuellement bien proportionné, il n’y a pas de grosses pièces, la capacité de 44,7µF est décomposée en 4x10+4,7. Les fils de jonction sont de dimension correcte, la section en provenance du bornier est plus importante que celle qui vont au HP. On pourrait disserter sur le câblage interne. J’ai vu récemment une enceinte française « hors de prix » ou il y avait différents câbles sur chaque hautparleur, le tweeter ayant un fil gros comme un cheveu, peut être en argent et peut-être gainé de téflon. Est-ce qu’il y a de réelles découvertes dans ce domaine avec des bienfaits inconnus il y 30/40 ans ? Ou bien est-ce le bureau marketing qui l’a emporté sur les ingénieurs/techniciens ? :o
Tout ça m’échappe un peu sauf lorsque mes connaissances me permettent de voir la fumisterie ou que mes oreilles entendent la différence. ;)
Les cosses de connexion sont serties et non soudées. Les composants sont montés sur un époxy. C’est très propre. On est loin de certains fabricants qui jettent tout ça sur un vulgaire contreplaqué avec des fils dans tous les sens. On est aussi très loin des beaux filtres mis en avant sur le web avec des composants de couleurs qui ressemblent à des bonbons où les valeurs sont écrites à l’or fin pour justifier le prix.
Les condensateurs sont pour la plus par calibrés en 63V sauf de ou trois et la valeur des capacités est à 10%. Des raisons d’approvisionnement ou un choix technique ? La marque Ero a retenu mon attention. On en trouve notamment chez Bang et Olufsen dans les années 80. Leurs chimiques vieillissaient mal et étaient à l’origine de beaucoup de pannes suite coulure ou éclatement. Ce choix fait par une marque prestigieuse m’interpelle toujours ! Je ne critique pas la marque qui fait ce qu’on lui demande pour un prix convenu.

J’ai voulu en démonter pour vérifier les valeurs. Pas facile, ils sont collés avec une sorte colle Araldite et je n’ai pas réussi à les sortir sans prendre le risque de casser quelque chose. J’ai donc fait quelques mesures en dessoudant une patte et en faisait attention qu’elle ne touche plus le circuit imprimé au niveau de son trou de passage. Les valeurs oscillent dans les limites des 10% et montrent donc une grande amplitude. Il me semble difficile de calibrer et appairer des circuits rlc avec l’autre enceinte de la paire dans ces conditions ! Je n’ai pas démonté la deuxième pour comparer les valeurs au même endroit car ça sent la prise de tête à qui voudrait se lancer dans un appairage parfait vu le nombre ! J’ai comparé avec un vieux filtre Monacor. Les condensateurs sont calibrés pour 250V et les valeurs des capacités à 5%. Les valeurs que j’ai mesurées sont à 2% !
Ensuite viennent les selfs à cage de fer (surtout pas acier comme on le voit écrit parfois. L’acier reste magnétisé par un chant électrique). La plus grosse est fixée par des pattes pliées à travers le pcb comme nos jouets en tôle quand on était gosse…, les autres sont collés. Je me suis « amusé » à mesurer les résistances et les inductances des selfs.
J’ai d’abord testé mes appareils de mesure sur une self à ruban de la marque Jantzen marquée 0.62mH et 0.182Ohms. Mes deux contrôleurs n’étaient pas d’accord entre eux sur la valeur de résistance et un seul fait la mesure de l’inductance mais curieusement celle-ci « collait ». J’ai donc mesuré la résistance de la Jantzen à l’aide d’une batterie de voiture et une ampoule en série. Je vois déjà les mauvaises langues me dire que je suis tributaire de l’ampèremètre et du voltmètre mais le calcul me donnait 0.180 Ohms donc j’étais content. J’ai tenu compte des écarts de mes appareils pour mesurer le reste.

Et là vous allez me dire mais tout ça pourquoi ?

Revenons aux selfs du filtre.
Elles sont donc à carcasse métal et de très petites dimensions comparé à ce qu’on trouve dans d’autres marques (j’ai vu pire aussi, voire rien du tout…). On peut penser qu’il n’y a aucun surdimensionnement. Si elles sont bien en proportion avec ce que Cabasse annonce en termes de puissance cela veut dire que d’autres fabricants font du zèle ou utilisent les composants qu’ils ont en stock pour des enceintes de sono ! :o
La première et la plus importante des selfs est celle qui alimente en série le boomer. Elle fait 0.85ohms (mes notes d’atelier sont un peu brouillonnes et j’ai parfois du mal à me relire) et 2.47mH. Le fil a un diamètre de 0,5 mm soit une dizaine de mètre enroulé.(diamètre qui peut paraitre très faible si on compare avec d'autres marque)
En fait mon idée et ma question étaient de savoir, dans un premier temps, si nous avons à faire à des selfs de type catalogue fournisseur standard type vente en ligne comme pour les condensateurs ou selfs faites sur mesure. Donc cette première self semble coller à peu près à ce qu’on trouve.
A ce stade on pourrait aussi réfléchir entre le diamètre de ce fil, le diamètre du fil de la bobine hautparleur et le diamètre ou section du câble que nous utilisons pour alimenter nos enceintes sachant que le boomer consomme environ 80% du courant. La résistance seule de cette self équivaut à 200m de câble HP de 4mm² soit 100m pour les deux brins. Est-ce que ce câble, que nous utilisons dans des longueurs avoisinant les 5 m, est en commune proportion avec ce qu’il raccorde ? L’intensité dans un circuit est égale en tous points du circuit. Curieusement, si l’on se tourne vers la très démodé normes DIN de nos ainés nous allons trouver des valeurs plus proportionnées et si l’on regarde les connecteurs des enceintes haut de gamme des années 70/80 on va trouver les prises HP DIN 45500 qui fait peur à tout le monde. Aujourd’hui il faut un câble capable de supporter des courants de plusieurs dizaines d’ampères pour raccorder une enceinte et s’il est en argent c’est encore mieux...
Ah oui! au fait,j'oubliais les micros informations passent mieux! Pourtant j'entendais bien les craquements des 33tours... :lol:

Bref, revenons à nos …selfs à nouveau et parlons de la deuxième.
Elle est plus petite et en même temps plus complexe. C’est une sorte de diviseur de fréquence, un peu comme deux résistances montées en diviseur de tension, mais qui ne serait pas linéaire. Elle a donc trois pattes et fait 5.55mH aux extrémités. La première qui part du noyau fait 2.28mH et la seconde fait 0.83. C’est là qu’il y a un piège car la somme des deux enroulements n’est pas égale au total, la deuxième partie, plus éloignée du noyau, possède une inductance plus faible à elle seule. Cette self est donc bien faite sur mesure et ne peut pas être remplacée par autre chose, notamment par deux selfs qui n’induiraient pas l’une sur l’autre. Il y a schéma sur le net que j’avais un peu de mal à comprendre. Il me faisant penser à deux bobines en série et je n’en comprenais pas l’utilité. En fait il représente une des deux branches mais cela me semble confus car l’autre est mal représenté et sans valeur de noté.
Les autres selfs sont plus petites. Les valeurs inductances/résistances laissent penser qu’elles sont faites sur mesure aussi et donc difficilement remplaçable par des selfs ferrite ou à air, sauf à se lancer dans des calculs compliqués afin de trouver le diamètre et la longueur du fil nécessaire au couple voulu sans bricoler. Il reste une question sans réponse pour le moment : pourquoi pas des selfs ferrite qui auraient l’avantage d’avoir les mêmes dimensions ?
En plus une self a air de 5.5mH ne va pas s’installer facilement sur le filtre de par ses dimensions. :mrgreen:

Quant aux condensateurs je ne vais pas y toucher. De précèdent essais avec des condensateurs HDG à feuilles d’argent en série avec le tweeter ne m’avait pas convaincu alors qu’on peut trouver beaucoup d’articles positifs là-dessus sur le net. En plus, vu le nombre et les valeurs ça coute un bras…Bien sûr je parle toujours de test A/B fait en aveugle et non de quelque chose qui vient flatter mon ego. Test que j’ai fait aussi avec des amis et qui crée bien des surprises au final et bien des déçus.
Lors de vos prochains repas de famille enlevez les étiquettes sur les bouteilles de vin, vous allez être surpris et amusé… :?

Pour prolonger ce travail par une expérience et faire un test malgré tout puisque tout est démonté j’ai remplacé la self du boomer par une self a air ajusté aux mêmes valeurs résistance/impédance. Elle est trois fois plus grosse et installée provisoirement sans modifier le filtre d’origine. J’ai fait un test A/B en mono avec l’autre enceinte pour voir si j’entends une différence mais même ce test me semble difficile contenu de mes conditions d’écoutes, du positionnement des enceintes…
Pour être plus complet et dans l’idée de diminuer la résistance globale du circuit vu depuis l’ampli, j’aurai pu essayer une self avec la même impédance mais avec une résistance interne moins élevée. J’aurais modifié l’impédance globale, le rendement du grave et peut-être amélioré le « damping factor ». Je n’ai pas ce type de selfs qui est couteux et qui amènerai des modifications profondes du filtre pour tout rééquilibrer, modification que je ne suis pas capable de faire et qui représente un gros chantier et un gros budget.

Je n’ai pas observé de différence qui pourrait sauter aux oreilles mais je me réserve car je n’ai pas fait suffisamment d’écoute dans de bonnes conditions. Il faut fouiller dans les CD que l’on connait bien et bien enregistrés et puis le commutateur pour basculer d’enceinte est sur l’ampli... Il faut être deux ou déporter un commutateur à la position d’écoute. Et puis si les voisins ne sont pas chez eux c’est mieux. Par ailleurs la mémoire, tout au moins la mienne, ne retiens pas les différences de son infimes même sur un temps très court à partir du moment qu’il faut bouger du contexte. Par contre elle est capable, avec le temps, de noter des différences d’ambiance, de précision, de tonalité…cela participe à notre mémoire. C’est par ce fait que lorsque l’on change de chaine pour une meilleure on se demande comment on a pu écouter de la musique pendant des années sur un mauvais système…
Ma première conclusion est que la modification d’une enceinte Cabasse n’est pas très accessible et modifier un paramètre pour le rendre plus séducteur risque de perturber l’ensemble et faire plus de mal que de bien en finale. Lorsque je constate que la caisse est « plus légère » de qualité que je ne le pensais, je pourrais être tenté de la rigidifier, de la traiter acoustiquement parlant et en finale avoir peut-être un grave plus précis mais moins large. Si Cabasse a bien fait son boulot, l’enceinte a été calibrée et mesurée en globale dans une chambre sourde dont le résultat tiens compte de la résonance de la caisse et de tout ce dont nous avons parlé, qualité ou défaut. Cabasse n’est pas un philanthrope, il a construit un modèle cohérent suivant un cahier des charges précis, un savoir-faire et pour un prix fixé.
Bon, voilà, c’est un peu « à chaud » et j’espère de pas avoir écrit trop de c... Mais d’un autre coté je ne voulais pas perdre d’infos avec le temps et essayer de faire un décorticage technique précis de cette Cabasse.

A suivre…

Bonjour, (18/11)
Personne n’a laissé de commentaire pour le moment, je me suis donc autorisé à faire quelques corrections de mon post, notamment le diamètre du fil de la bobine boomer que je n’avais pas mesuré.
Après quelques écoutes je dois bien reconnaitre que le bilan acoustique est nul ! Seul ma baie vitrée semblait émettre un son de vibration différent de temps en temps donc une possible différence en basse fréquence que je ne percevais pas. Maintenant on peut le dire : tout ça pour ça !
Il reste une expérience comparative et une réflexion intéressante sur l’efficience d’une enceinte acoustique des lors que l’on a à faire à des constructeurs sérieux. Bien sûr j’ai observé quelques points qui aurait pu être amélioré mais peut-être sont-ils à la marge et c’est pour ça que Cabasse ne l’a pas fait. Tout ceci n’est absolument pas une publicité, je l’aurais fait si j’avais eu des enceintes d’une autres marques. C’est donc mon deuxième essai après les condensateurs films sur une autre enceinte. Ma conclusion est que si on veut changer de son il faut changer d’enceintes (ou d’ampli mais c’est hors sujet ici) plutôt que de bricoler en pensant ré- inventer l’eau chaude comme je l’ai fait dans mon expérience. Les ingénieurs/techniciens ont fait un travail cohérent qui me surprends parfois par son coté minimaliste mais qui fonctionne.
Il écoutait sa Muse en aveugle dans une chambre sourde...
Electromuse
 
Message(s) : 5
Inscription : 05 Jan 2019, 18:30

Précédent

Retour vers Anciennes gammes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité